Marie Guilleray, la voie du chant

Publié le Mis à jour le

imgres-2
En pleine performance

Artiste sonore française installée aux Pays-Bas depuis 2006, diplômée du Conservatoire royal de La Haye, Marie Guilleray chemine entre différents projets et pistes de création contemporaine. Musicienne, enseignante, pédagogue, son travail creuse notamment les possibles combinaisons de la voix et des musiques électroniques. 

Pleine d’une enthousiaste énergie couvant sous un calme apparent, pas du tout mono gamme dans son travail, chargée en idées, Marie Guilleray a beaucoup de cordes à son arc vocal. Naviguant entre projets solos et collectifs aux Pays-Bas, en France ou ailleurs, entre concerts et performances, elle chante, vocalise, improvise, expérimente, compose, fait de la recherche et apprend tout azimut. Formée à plusieurs pratiques thérapeutiques vocales, elle anime des conférences, enseigne, monte des ateliers musicaux, organise des concerts ou des soirées dédiées à la création contemporaine. « C’est difficile de faire une seule chose quand on est artiste », constate-t-elle simplement.

Influencée par des compositeurs comme Georges Aperghis, Dick Raaymakers, John Cage ou Gyorgy Ligeti, cette jeune musicienne indépendante commence ses études à Paris après avoir passé ses vingt premières années en Bretagne. Elle partage son temps entre les bancs de la Sorbonne et les cours de l’atelier international de théâtre de Blanche Salant. Elle y travaille le jeu, la voix et le Kathakali, théâtre dansé du Sud de l’Inde.

Diplômée en droit immobilier à 23 ans, elle reconnaît s’être trompée de voie et écourte alors sa première expérience professionnelle de notaire pour intégrer, pendant trois ans, le conservatoire de musique de Paris. « J’avais une idée plus idéaliste du droit ». Une bifurcation volontaire et une façon de reprendre sa vie en main. Marquée lors d’un concert par la prestation d’une saxophoniste formée aux Pays-Bas, elle décide de passer une audition au Conservatoire royal de La Haye en 2006. Elle est reçue et s’installe en Hollande. Elle en sort avec un double diplôme en chant et pédagogie du chant. Puis décroche en 2012 un master de composition électro-accoustique et de sonologie (thérapie par les sons et leur résonance).

La voix dans tous ses états

La combinaison de la voix et des musiques électroniques reste son champ d’exploration central, le coeur battant de ses multiples activités. Une voix qu’elle appréhende comme un instrument et un appareil vocal dont elle a étudié l’anatomie et le fonctionnement. « La voix, simple et complexe, sert à la fois à chanter et à communiquer, à faire de la musique et à converser. Universelle et unique pour chacun de nous, elle est presque toujours connotée dans la mesure où on veut lui faire porter un message. La musique contemporaine depuis plus d’un siècle essaie de changer son rôle. La voit comme une matière sonore maléable. C’est ce que j’explore ». 

Un sujet dont elle a fait une thèse et un sillon qu’elle creuse depuis 2010. Elle se met à produire des pièces sonores qui éprouvent différents états de la voix, plutôt déstabilisantes et souvent données en live. Son travail s’enrichit également de sources émanant du réel. Elle prélève ainsi des échantillons là où bruits et sons arrêtent ses oreilles, plongeant son micro sous la glace en Islande, dans les eaux d’un port de Bretagne ou le posant sur le tapis mousseux d’une forêt. Avec ces prises de son, elle compose des balades sonores. Des partitions créées pour un lieu et un itinéraire précis, que le visiteur écoute en cheminant un casque sur les oreilles. Elle était cet été en résidence à la Villa Rohannec’h à Saint-Brieux, pour tester et partager l’un de ses nouveaux dispositifs sonores.

Ses propositions, expérimentales et contemporaines, ouvrent l’imaginaire et offrent une autre perception du timbre vocal, des sons et des espaces. A 37 ans, cette artiste bretonne que l’on voit souvent à l’oeuvre à La Haye ou à Amsterdam, cuisine son art avec inventivité en se régalant d’y ajouter sans cesse de nouveaux ingrédients.

Anne Leray

imgres
Prise de sons sur le terrain

Un nouvel atelier d’éveil musical francophone pour les enfants
Artiste pleine d’idées et d’envies, Marie Guilleray ouvrira à partir du 23 septembre à La Haye, un atelier d’éveil musical francophone destiné aux enfants de 3 à 7 ans et basé sur le jeu, l’expérimentation et l’improvisation. « J’ai donné beaucoup de cours de solfège et observé qu’un enfant qui joue du piano, cela vient souvent du désir des parents ». Il s’agira d’abord de s’ouvrir à l’univers musical et de découvrir ses possibiités. « Je ne veux ni imposer un instrument ni une pédagogie. Il y aura des flûtes, une batterie, un xylophone, un piano… Je m’inspire de la méthode Montessori. Il s’agit de faire des choses en petits groupes, d’expérimenter avant d’apprendre les règles. La musique est quelque chose qui se fait ensemble ». Ces ateliers se tiendront le mercredi après-midi à partir du 23 septembre au Studio LOOS situé au sein d’une nouvelle école de musique : The Different Music School, De Constant Rebequeplein 20B à Den Haag. https://lescoursdemusique.wordpress.com

Site Internet de l’artiste : http://marieguilleray.com/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s