Dossier : où voir du théâtre francophone à La Haye ?

Publié le Mis à jour le

cloture3_photo_marc_domage
Donnée au In d’Avignon en 2011, la pièce « Clôture de l’amour » dissèque les aléas et la rupture du sentiment amoureux. A voir le 8 mars 2016 au Spui Theater à La Haye. Avec Audrey Bonnet et Pascal Rambert (photo Marc Domage)

Voir du théâtre en langue française à La Haye, c’est possible. Les initiatives indépendantes qui coexistent dans la ville composent en effet une saison éclectique avec des pièces à découvrir sur différentes scènes. Etat des lieux en ce début d’année.  

La première impression pourrait être celle d’une offre théâtrale en langue française réduite, voire inexistante à La Haye. Les programmes des théâtres institutionnels néerlandais, tel le Koninklijke Schouwburg par exemple, ne comportent en effet pas de pièces dans la langue de Molière. En y regardant de plus près, dans cette vaste ville des Pays-Bas qui compte 508 000 habitants dont quelque 7 000 Français, le public francophone peut pourtant trouver, tout au long de l’année, plusieurs occasions de sortir voir du théâtre. La somme des initiatives qui convergent vers le 6e art compose au final une saison intéressante et diversifiée.

Les troupes amateurs à La Haye ne font pas que pratiquer le théâtre en atelier. Elles créent également des spectacles. Plus ancienne compagnie amateur francophone des Pays-Bas, Le GEST (groupe d’expression scénique et théâtrale) a été fondé en 1974 au sein de l’Agence Spatiale Européenne par une poignée de passionnés. Recréé et étoffé en 2004 par François Gaubert, après quatre ans d’absence, le GEST s’est renouvelé et continue à occuper la scène quarante ans après sa création. La comédie et le rire cimentent cette troupe composée d’une vingtaine de personnes. « Le but est de proposer au public de sortir pour se divertir et s’amuser », précise François Gaubert. Le GEST produit deux pièces chaque année. Après Un air de famille en novembre dernier, le public pourra découvrir La nuit de Valognes d’Eric-Emmanuel Schmitt, pièce mise en scène par Valérie Faucher, du 11 au 14 février au Laaktheater.

Autre troupe amateur, celle de L’Alliance française de La Haye, emmenée par le prof Pascal Milard. Le Théâtre de l’Avalanche, créé en 2012, compte aujourd’hui une dizaine d’élèves aux accents variés : espagnols, tunisiens, irlandais, français, néerlandais. Cette troupe francophone internationale monte un spectacle par an. « Le théâtre est un art de l’échange et de la communication. Il favorise la compréhension du vocabulaire, du rythme et de la prosodie », soutient Pascal Milard. Il est convaincu des bienfaits de cette pratique ludique pour les élèves qui suivent l’atelier théâtre qu’il encadre tous les samedis matins. Un atelier qui est ouvert à tous. En 2015, la troupe avait présenté Cacomonie, une tonitruante série de sketches écrits par les comédiens eux-mêmes, avec l’absurde en fil conducteur. Une nouvelle création sera présentée les 22 et 23 avril prochains au théâtre Branoul. Pascal Milard a cette année jeté son dévolu sur une courte pièce de la dramaturge hongroise contemporaine Agota Kristof. Titre : Un rat qui passe. « La pièce parle de la révolution et de ces êtres qui un jour sont du côté des opprimés et le lendemain, après avoir renversé le pouvoir, deviennent eux-mêmes des dictateurs », résume-t-il.

Parmi les initiatives liées au théâtre professionnel, on doit à L’Autre Pays du Théâtre une programmation annuelle reconnue et solide qui fédère plus de 300 spectateurs à chaque représentation. Cette programmation permet de découvrir sur la scène du Nieuweregentes, chaleureux théâtre implanté au sein d’une ancienne piscine, des spectacles venus de l’Hexagone. Céline Duguin et Anne-Lise Rini, qui ont monté leur société de production en 2011, dénichent la plupart des pièces présentées ici lors du festival d’Avignon. « On peut aller voir du théâtre en anglais mais dans sa langue maternelle, les émotions sont plus fortes. Il y a ce plaisir à se retrouver entre Français, à rire et s’émouvoir ensemble » expliquent-elles. L’humour et l’émotion sont au coeur d’une programmation ouverte à différents registres. « Le public est francophile, avec des couples mixtes, quelques Néerlandais, des Francophones, des Belges, des Canadiens, quelques Italiens. C’est comme un ami qui vous prête un bon livre, ils nous font confiance et aiment se laisser surprendre. ». Trois pièces sont encore à l’affiche jusqu’en mai 2016 : Lettres de l’intérieur, de la Compagnie Les Mistons le 23 janvier ; Vivre, spectacle de Vincent Clergironnet le 18 mars ; Dans la peau de Cyrano, spectacle écrit et interprété par Nicolas Devort le 27 mai.

La Librairie Nomade, mise en route en septembre 2015 par Marie Masi et Fanny Weiersmuller, a ouvert une nouvelle page dans le calendrier culturel francophone de la ville. « Il manque ici des moments de rencontres éphémères pour discuter ensemble » avaient constaté ces deux anciennes journalistes parisiennes avant d’initier ce beau projet itinérant. Déclinant ses ouvrages selon la nature des rendez-vous organisés, La Librairie Nomade s’installe tour à tour dans un café, une boulangerie, un théâtre… Si la majeure partie de l’activité de cette librairie sans lieu fixe est consacrée aux lectures, aux dédicaces et à la vente de livres, La Librairie Nomade programme régulièrement des contes musicaux en direction du jeune public à la de Zalen, Riouwstraat 1. Ces contes, lus par différents intervenants, sont accompagnés en live au piano par le musicien Guillaume Marcenac.

Avec une saison culturelle qui comporte une quarantaine de rendez-vous, L’Alliance française de la Haye programme également plusieurs spectacles francophones professionnels. Le Petit cirque des poètes sera donné le 12 février au théâtre Branoul, par la compagnie Le Théâtre du tiroir des affabulations. Cette même compagnie présentera également le 13 février, Les carnets de tranchées d’Auguste Georget, un concert-lecture à découvrir à la Résidence de France. Enfin, en s’associant au Spui Theater pour la première fois, L’Alliance française fait venir à La Haye l’un des spectacles de l’auteur et dramaturge français Pascal Rambert. Donnée au In d’Avignon en 2011, la pièce Clôture de l’amour dissèque les aléas du sentiment amoureux et scrute la séparation d’un couple via deux monologues affutés et percutants. C’est Pascal Rambert lui-même qui viendra interpréter, sur la scène du Spui Theater, le rôle habituellement joué par le comédien Stanislas Nordey. Cet intense face à face entre un homme et une femme sera donné le mardi 8 mars 2016 à l’occasion de la Journée des femmes, et dans le cadre du mois de la francophonie.

Anne Leray

Publicités

Une réflexion au sujet de « Dossier : où voir du théâtre francophone à La Haye ? »

    Marie Masi a dit:
    6 janvier 2016 à 20:19

    Très bel article. Merci de nous y avoir fait figurer 🙂

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s