« La nuit de Valognes » : quand Don Juan casse son propre mythe

Publié le Mis à jour le

IMG_0280
« La Nuit de Valognes » servie par une troupe très en forme (photos AL)

Pour sa nouvelle création made in Hollande, la troupe francophone le GEST a choisi de monter la première pièce d’Eric-Emmanuel Schmitt : La nuit de Valognes. Une séduisante et amusante réécriture de Don Juan où l’auteur belge prend des libertés avec un personnage mythique ici mis en procès par les femmes. Dévoilée au Laaktheater à La Haye du 11 au 14 février dernier, la pièce sera à l’affiche à Amsterdam en avril.  

La réécriture du mythe de Don Juan. C’est ce qu’avait entrepris, sans avoir froid aux yeux, Eric-Emmanuel Schmitt, à 29 ans. Et on peut dire que l’entreprise est plutôt réussie. A son Don Juan libertin et athée, Schmitt offre une conscience via le personnage de Sganarelle et la possibilité d’une bifurcation. Don Juan ne sera pas pris à son propre piège. Il le rend humain, lui épargne la mort, et ajoute la question de l’homosexualité.  C’est ce texte qu’a choisi de monter Valérie Faucher, avec la solide troupe amateur de La Haye, le théâtre du GEST. Et elle s’en est donné les moyens. Décor épuré dessiné au crayon sur du papier blanc, coiffures gonflées et évaporées, costumes seyants, la pièce est servie par un panel de huit comédiennes et deux comédiens qui défendent bien leur rôle.

Don Juan est ici l’accusé d’un procès mis en oeuvre par ses anciennes malheureuses conquêtes avec pour odieuse sentence une obligation de mariage et donc d’amour durable, avec la jeune Angélique. Peine qu’il accepte à leur grand dam, d’assez bonne grâce d’ailleurs puisque ce Don Juan là semble avoir changé. « Le plaisir me lasse, la conquête aussi » lance-t-il. C’est là que la bât blesse pour ces dames qui le préfèrent finalement volage à trop sage. Elles sont en fait toujours rivées au personnage qu’il incarne et auquel elles font procès, plus qu’au véritable homme qu’il devient sous leurs yeux. Quand le fieffé séducteur change de costume, il perd en majesté et gagne en humanité. On apprendra plus tard que l’impénitent coureur de jupons est tombé amoureux d’un homme. Et cette passion différente des autres, qui pour la première fois le fait souffrir, l’aurait rendu meilleur. C’est ainsi que Don Juan prend sa retraite.

Le premier tiers de la pièce bruisse de la parole pipelette de ces anciennes amantes réunies par la Duchesse de Vaubricourt au château de Valognes, à la fois liées par ce bourreau des coeurs à qui elles ont décidé de faire un sort, et toujours rivales devant lui. C’est sans doute la partie la plus exquise du spectacle présenté au Laaktheater à La Haye. Quand Don Juan fait irruption au milieu de ce petit comité, les coeurs s’emballent et les masques tombent peu à peu.  Un Don Juan toujours aussi assassin dans son verbe mais vieilli et relativement docile. Jupons et mesquineries, on se chiffonne, on se harponne, mais on se serre les coudes quand même. Entre la duchesse, la comtesse, la demoiselle et la religieuse, passant du statut de victimes à celui de juges, de celui de courtisées à courtisanes, les mots ne font pas de cadeaux, ni à l’âge qui va, ni à Don Juan, ni à Dieu. Les femmes prennent le dessus, les rôles sont inversés. C’est le monde à l’envers. Si même Don Juan n’est plus Don Juan, alors…

Anne Leray

Ce diaporama nécessite JavaScript.

« La nuit de Valognes », mise en scène Valérie Faucher, décor Delphine Lebret, costumes Carine Defaye et Valérie Faucher, avec Nathalie Safi, Aude Cipriani, Catherine Decamp, Maite Virouleaud, Sophie Regaud, Laëtitia Garat, Sarah Lauret, Céline Duguin, Richard Caron, Brody Warren. Le 16 avril 2016 à 20h30 au Het Amsterdams Theaterhuis, Marius van Bouwdijk Bastiaansestraat 54 B à Amsterdam, Pays-Bas. Tarifs : 15 et 10 euros. Réservation : resagest@gmail.com

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s