Danse : Christian Rizzo à Amsterdam

Publié le Mis à jour le

maxresdefault
Christian Rizzo au Centre chorégraphique de Montpellier (photo DR)

Nouvelle good news émanant de l’agenda culturel hollandais. Le chorégraphe Christian Rizzo sera à Amsterdam le 30 juin et le 1er juillet dans le cadre du festival Julidans. Directeur du Centre chorégraphique de Montpellier, il viendra présenter sa nouvelle création dédiée au clubbing, Le syndrome Ian.  

En janvier 2015, à l’aube de ses 50 ans, Christian Rizzo a succédé à Mathilde Monnier à la tête du Centre chorégraphique national de Montpellier (CCN). Une fort belle maison, aussi réputée que bien dotée, située en plein centre-ville dans un ancien couvent devenu prison, avant d’être rachetée par la Ville et de s’ouvrir à la danse dans les années 80 à l’époque de Dominique Bagouet. Tout en dirigeant une institution chorégraphique, Christian Rizzo poursuit son propre travail d’artiste en faisant tourner et en créant des pièces très bien reçues par le public et les critiques (D’après une histoire vraie en 2013, Ad Noctum en 2015). Né à Cannes en 1965, il ne s’est jamais cantonné à une seule discipline. Danse, musique, stylisme et arts plastiques jalonnent son parcours.

Le syndrome de Ian est le troisième volet d’un triptyque consacré aux danses anonymes, aux danses populaires et aux danses en couple. « D’après une histoire vraie allait grignoter sur le champ du folklore, Ad noctum allait frayer dans l’espace des danses de couples, et pour ce troisième volet je voulais revenir à cette chose important chez moi qu’est le clubbing. Comment ces pratiques influent, au regard de l’histoire d’auteurs chorégraphiques comme Forsythe ou Trisha Brown, sur ce dont je suis fait. On pourrait comparer cela avec ces histoires qu’on porte, celles de la littérature et celles qu’on entend dans la vie » explique le chorégraphe sur le site du festival Montpellier Danse, où sa pièce sera créée ce 24 juin, avant de partir en tournée.

Le clubbing est l’une des danses qui l’a constitué, et à laquelle il dédie cette nouvelle pièce composée avec neuf danseurs pour « une vibration collective ». Sa première sortie en discothèque remonte à 1979 à Londres. Il avait 14 ans. « A cette époque cohabitaient encore les gens qui dansaient le disco et ceux qui dansaient le post-punk » explique-t-il. Deux danses extrêmement différentes dans leur adresse, leur énergie, leur mouvement. Comment la danse de boîte de nuit va-t-elle se déployer sur une scène de spectacle ? « Les clubs ne sont pas immenses. Comment ces danses sur un point fixe vont faire l’expérience de l’espace, je pense que c’est là le véritable enjeu ». 

AL

Le syndrome Ian, vendredi 24 et samedi 25 juin 2016 à 20h à l’Opéra comédie de Montpellier, puis jeudi 30 juin et vendredi 1er juillet 2016 à 21h au Stadschouwburg à Amsterdam.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s