Théâtre : le GEST sur les planches avec un huis-clos familial venu d’Irlande

Publié le Mis à jour le

unnamed-1

unnamed
Scènes de répétition (photos Anne Pailhès)

Une nouvelle création du GEST est à découvrir cette semaine au Laaktheater à La Haye. Du 15 au 18 juin, la troupe présente une pièce de l’auteur irlandais Brian Friel, Danser à la Lughnasa.   

Troupe créée à La Haye, le GEST réunit des comédiens français d’horizons divers. Et produit des créations francophones made in Hollande qui font honneur au théâtre amateur (Huit femmes, Un air de famille, La nuit de Valognes, Les belles-soeurs…).  Pour cette nouvelle création quasi-estivale, la troupe s’est emparée de Danser à la Lughnasa, pièce de l’auteur irlandais Brian Friel, écrite en 1990.

Proposée par Nathalie Safi, l’une des comédiennes du GEST qui aime faire découvrir au public des oeuvres peu connues, la pièce s’arrête sur l’histoire de cinq soeurs célibataires partageant le même toit en pleine campagne irlandaise, des femmes peu habituées à la compagnie des hommes. C’est au coeur de cette fratrie sororale que va débarquer d’Afrique, un vieil oncle missionnaire atteint de paludisme et dont la mémoire chavire…

« Ce qui me plaît dans cette pièce, c’est la poésie qui s’en dégage. Malgré la dureté de la vie en Irlande à cette époque et la vie difficile des cinq sœurs Mundy, il y a l’amour que chacun et chacune se porte, la simplicité des relations et des mots, la joie, les danses et la musique. C’est une bouffée de liberté » développe Valérie Faucher qui signe la mise en scène.

Huit personnes vont monter sur les planches, dont cinq femmes, pour donner vie à ce huis-clos familial des années 30 dans un décor conçu par la plasticienne Delphine Lebret. Valérie Faucher décrit ainsi cette traversée collective inhérente au travail de troupe  : « Chaque pièce est une belle et forte aventure qui nous tient toute une année. Nous commençons par de grandes discussions sur la pièce, le contexte social, l’époque, les personnages, leur vie et leurs interactions. Ensuite chacun apprivoise son personnage et lui donne forme. Nous nous entraidons et nous soutenons. Les comédiens sont très impliqués, y compris pendant les représentations. Ils peaufinent, ils cherchent et s’amusent ».

Après des mois de répétition en dehors des heures de travail de chacun, la pièce est prête à voir le jour. Lui tarde même de rencontrer le public. « Nous attendons avec impatience et fébrilité que la magie opère » déclare Valérie Faucher. La première de ce nouveau spectacle a lieu jeudi soir à 20h30 à La Haye.

Anne Leray


Affiche Danser aÌ la Lughnasa Def- recto (sans les filles- avec les horaires) DEF

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s