La littérature francophone invitée au festival néerlandais Crossing Border

Publié le Mis à jour le

IMG_6737.jpg
Soirée littéraire de haute tenue vendredi 3 novembre à L’Humanity House à La Haye (photo AL)

Quand des auteurs francophones réunis à La Haye aux Pays-Bas par le festival néerlandais Crosser Border se retrouvent à échanger tour à tour en duo, la soirée a de la gueule et de l’esprit.  

Le festival Crossing Border, réputé en Europe et qui croise littératures et musiques contemporaines, avait invité vendredi soir à l’Humanity House, cinq écrivains à venir parler de leur dernier roman. Cette rencontre en français, finement aiguillée par le journaliste Pieter van den Blink, avait valeur d’événement plutôt rare à La Haye.

Autour de la table, le journaliste au Canard Enchaîné, après trente quatre ans passé à Libération, Sorj Chalandon avec Le quatrième mur, l’auteur, chroniqueur littéraire et professeur à l’université libre d’Amsterdam Fouad Laroui avec L’insoumise de la porte de Flandres, la romancière franco-russe Ann Scott qui fut musicienne à Londres et mannequin dans ses vies antérieures avec Cortex, l’auteur franco-algérien qui jamais n’avait « jamais pensé devenir écrivain un jour » Akli Tadjer avec La Reine du Tango, et l’auteur et cinéaste marocain Abdellah Taïa, auteur d’une thèse à la Sorbonne sur le roman libertin, avec Celui qui est digne d’être aimé.

Guerre, terrorisme et attentats ont occupé une grande place dans les échanges. « A cause ou grâce au journalisme, qui m’a permis d’aller à la guerre, j’ai été confronté à des choses qui ont abîmé l’homme que j’étais. J’étais empoisonné, je ne voulais pas revenir en paix, je ne voulais pas oublier ce que j’avais vu. J’y ai trouvé la matière de mes livres même si je ne savais pas que tout cela allait finir dans un roman. Je n’écris pas pour me soigner, je ne tourne pas les pages, je vis avec » a développé Sorj Chalandon.

Ancien reporter de guerre qui a suivi le coup d’Etat au Chili, le procès Klaus Barbie, la guerre en Irak et au Liban, Sorj Chalandon a expliqué combien il a été à jamais marqué par le massacre de Sabra et Chatila dont il a été témoin en 1982. « J’ai pris en pleine gueule le fait qu’il y ait des victimes et des bourreaux des deux côtés et c’est cette complexité qui m’intéresse ».

Ann Scott : « Il n’ y a pas de temps à perdre, ça peut arriver n’importe quand »

Fouad Laroui, qui précise n’avoir « jamais rencontré personnellement le tragique de ses personnages » contrairement à Sorj Chalandon et qui a consacré son dernier roman à la trajectoire complexe de Fatima, jeune marocaine du quartier Molenbeek à Bruxelles, relevait cette idée de Yann Moix exprimant en substance « que le terroriste n’est jamais à la hauteur de l’analyse qu’on fait ensuite de lui » et évoquait à l’égard de celui qui massacre « la haine de soi ».

« Il n’ y a pas de temps à perdre, ça peut arriver n’importe quand, partout, je m’y attends d’ailleurs vraiment, ça fait partie de l’avenir » a déclaré Ann Scott qui signe un livre sur le deuil et la solitude des survivants suite à l’explosion d’une bombe pendant la cérémonie des Oscars, fauchant les idoles d’Hollywood et du même coup les mythologies cinématographiques de chacun. « C’est mon premier livre, les autres sont des textes de jeunesse inconséquents, des auto-fictions très parisiennes, il faut les oublier et ne pas revenir dessus » a insisté Ann Scott, reconnue comme « romancière pop ».

Autour de la table se sont aussi entremêlés des thèmes universels qui s’expriment différemment selon l’histoire et la singularité intime de chacun : enfance, joies et blessures, famille, éducation, rapport à la solitude, à l’écriture, à la musique… Seul regret, cette soirée francophone de haut niveau n’a pas eu tout le public qu’elle aurait pu avoir, du fait sans doute d’une annonce trop confidentielle de l’événement. Néanmoins, chapeau.

Anne Leray

La dernière soirée du festival Crossing Border se tient ce samedi 4 novembre de 18h30 à 23h30 à La Haye aux Pays-Bas.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s