Jean-François Aillet, l’artiste aux sables émouvants

Publié le

IMG_20160929_180556.jpg
Face à la mer (photos © J-F Aillet)

Ecologique, scientifique, culturelle, patrimoniale…, l’oeuvre de Jean-François Aillet échappe totalement au résumé et c’est bien le premier tour qu’elle nous joue. Elle relève peut-être avant tout d’une aventure humaine qu’il se donne les moyens d’accomplir au fil du temps. Disons que le sable et les marées sont le coeur de son projet, le souffle de son histoire. Nous avons croisé ce marcheur – sculpteur – ingénieur lors de son passage à La Haye, alors qu’il venait de quitter l’Angleterre et remontait vers le Nord des Pays-Bas pour atteindre la Suède. Rencontre avec un oiseau de passage. 

A la fois concrète et immatérielle, réalisée et en devenir, l’oeuvre en cours de Jean-François Aillet turbine depuis trente ans et nécessiterait plusieurs révolutions terrestres pour pouvoir déployer précisément ses tenants et aboutissants. Pourquoi faire court quand on a toute la vie ?

Conteur expérimenté de son propre travail, son récit et ses explications oscillent entre la profondeur de sa démarche et les anecdotes qu’implique l’aventure qu’il se donne les moyens de vivre sur plusieurs décennies, avec des périodes plus ou moins intensives. Son oeuvre est évolutive car ouverte au cours des choses et à l’imprévu. Elle se nourrit du temps, des rencontres et des idées qui germent en route.

Cette oeuvre soutenue par une (dé)marche au long cours est inspirée par la géologie, la conquête spatiale, la technologie, l’océanographie, l’hydrographie, l’ethnologie, la marche, les pèlerinages… Elle est constituée de ramifications. Comme des boites gigognes aux contenus différents mais reliés les uns aux autres, les projets initiés par Jean-François Aillet sont réunis sous un titre phare : « Le solitaire des marées »

Pour tenter (quand même) de poser le principe de cette oeuvre, disons qu’elle rêve de s’accomplir au coeur d’une place dédiée en Europe, sous la forme d’une sculpture en verre de 15 mètres de hauteur qui reproduira le cycle des marées. Au pied de ce totem maritime seront disposés les 7000 extraits des sables de la planète qu’il ambitionne de rassembler, et de faire rassembler par tous ceux qui participeront à sa vaste entreprise.

Ce sable – mers, lacs, rivières, dunes… – permettra aux générations futures de percevoir l’ampleur d’une richesse naturelle aujourd’hui menacée par la montée des eaux, et par l’industrie qui en a fait une matière première en voie de raréfaction. « Chaque dalle sera traversée par un cylindre de dix centimètres de diamètre dans lequel viendra se positionner une vasque en verre (…) Il sera gravé le nom de la plage, le nom de la mer, la longitude, la latitude et le nom de la personne qui a collecté le sable ». Cette sculpture en mouvement perpétuel sera illuminée la nuit et coiffée d’un diamant créé à partir de tous les sables réunis. Rien de moins messieurs dames.

IMG_20161001_231736

Plus 1600 sables ont déjà été collectés dans le monde entier, avec chaque fois le même protocole : se prendre en photo au moment de la récolte, renseigner en quelques mots la collecte et envoyer le tout à l’artiste. Ce dernier a d’ores et déjà disposé un millier de ces prélèvements dans des tubes à essai placés dans un cube de 25kg, qu’il a installé sur un déambulateur médical adapté. Et c’est ce quatre-roues plus que bien lesté qu’il pousse tout au long de son chemin, depuis qu’il a entrepris de partir à la rencontre des autres avec son projet.

Ce grand marcheur – il affiche plus de 19 000 kilomètres au compteur pédestre – s’est en effet lancé pour quatre années dans un tour d’Europe à pied (17 pays). Son itinéraire est précis mais ce qu’il peut s’y produire totalement inconnu. « Je ne sais jamais ce qu’il va se passer dans l’heure qui suit. Je rencontre une cinquantaine de nouvelles personnes tous les jours. Je laisse faire le hasard, je ne force rien. Rien ne se passe jamais comme on prévoit, alors autant s’en remettre aux vibrations de la vie ». Et si les rencontres étaient son moteur, son essence, et le reste un prétexte ultra développé ? Sa galaxie, faite de sables, d’eau, d’histoires et de souvenirs, s’étend au fur et à mesure des bornes qui s’accumulent.

Solitaire amarré à son projet agréablement utopique, de nature curieuse, Jean-François a plus d’une corde à son arc. Il est électro-mécanicien, sculpteur, designer industriel… Ses savoir-faire multiples lui permettent de valider l’un de ses principes essentiels : l’autonomie. Car sur la route, quand il n’est pas invité à partager un repas ou un toit avec ceux qu’ils croisent et qu’il photographie, il aime à bivouaquer en toute liberté.

Pour mieux partager son aventure artistique, il s’est formé au Web design et peut ainsi communiquer sans limite. « Sans les réseaux sociaux, mon travail n’existerait pas ». Jean-François Aillet est un marcheur à l’ancienne connecté à son époque, avec quelques outils essentiels : un bâton de pèlerin, une toile de tente de l’armée, des godasses inusables, un smartphone puissant, et tout ce qu’il faut de rêve et de motivation. Le solitaire des marées est l’un de ces projets de fourmis menés par ceux qui n’ont pas peur de voir grand.

Anne Leray


Ce diaporama nécessite JavaScript.

N’hésitez pas à vous arrêter si vous le voyez passer avec son déambulateur high-tech, son histoire est aussi dingue qu’incroyable. Jean-François Aillet prend toujours le temps de l’échange. Vous pouvez aussi suivre son odyssée au jour le jour sur Facebook et Instagram, ou explorer son encyclopédique site web. Tout ce qu’il vit et imagine est consigné, sous formes d’écrits, de maquettes et de photographies. Deux livres retraçant son périple artistique seront publiés s’il trouve un éditeur pour le suivre. ll a aussi initié une levée de fonds pour alimenter son travail, et finance sa marche grâce aux dons et à l’accueil chaleureux qu’on lui réserve presque partout.

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s