De la réserve au musée, ces rhinocéros qu’on écorne

Publié le Mis à jour le

Un rhinocéros à cornes vertes au Natural History Museum de Rotterdam. Février 2019 (photo © AL)

Depuis quelques années, on peut s’étonner de voir des rhinocéros à cornes colorées dans les musées européens, comme c’est le cas au musée d’histoire naturelle de Rotterdam. Est-ce une nouvelle espèce en voie d’apparition ou une fantaisie artistique ? Rien de cela. C’est l’une des mesures prises pour lutter contre le braconnage outrancier qui s’est développé jusque dans ces institutions dédiées à l’évolution. 

Qui aurait pu penser que les cornes des rhinocéros soient convoitées jusque dans les musées ? Les soit-disantes vertus médicinales et aphrodisiaques, que l’on prête à ces appendices en Asie, exercent une attraction qui a donné lieu au développement d’un trafic très lucratif. Broyées et transformées en poudre, ces cornes essentiellement composées de kératine se vendent littéralement à prix d’or et leur trafic ne connait pas de limite.

Les cornes de rhinocéros peuvent se vendre des dizaines de milliers d’euros l’unité, ce qui vaut à leurs propriétaires d’être blessés ou mis à mort au sein des réserves naturelles où ils sont censés être protégés (un millier meurt chaque année en Afrique du Sud). Voilà que depuis quelques temps, les braconniers les pourchassent dans les musées. Double peine pour les rhinos qui sont maintenant tracassés post-mortem, dans les lieux où sont exposées les dépouilles de leur buste, appelées trophée de chasse.

C’est en visitant le musée de la Chasse et de la nature à Paris que j’ai appris l’existence de ces brigandages. Etonnée par les cornes dorées présentes sur l’animal exposé, j’ai posé la question à l’une des guides présentes. Celle-ci m’a éclairée sur un trafic d’un nouveau genre.

En décembre 2011, une vague de vols est intervenue en France et le musée de la Chasse et de la nature, situé dans le quartier du Marais, a été le premier à en faire les frais. Un groupe de voleurs s’était introduit dans l’institution, dérobant les cornes d’un rhinocéros blanc reposant en paix depuis une trentaine d’années. Pour ce faire, les gardiens avaient été neutralisés avec un gaz paralysant.

Cette année là, peu après qu’une rumeur avait fait croire que ces cornes pouvaient faire guérir du cancer, cette histoire aussi farfelue que désolante s’est reproduite à l’identique dans plusieurs musées français, à Rouen, à Blois, à Aix, avec une tentative ratée à Bourges. Deux répliques du même genre ont eu lieu en Autriche, dont l’une chez un taxidermiste. Des voleurs ayant tenté le coup au Royaume Uni avaient quant à eux eu la surprise de tomber sur de fausses cornes, et s’étaient retrouvés les dindons de cette mauvaise farce.

Le pillage des cornes n’est donc plus seulement craint par les réserves et les zoos. Pour dissuader les voleurs, les établissements ont trouvé plusieurs solutions. Les remplacer par des fausses comme c’est le cas dans la Galerie de l’évolution du Muséum national d’histoire naturelle de Paris. Ou les recouvrir de peinture et les rendre ainsi inutilisables comme à Rotterdam. Cette solution simple et efficace rend ces bustes un peu plus pop. Mais autant connaître l’histoire vraie que relatent les cornes colorées de ces tristes trophées.

Anne LERAY

Dans les zoos et les réserves naturelles, les cornes des rhinocéros sont de plus en plus souvent coupées pour éviter le braconnage. Elles peuvent aussi être couvertes de poison. Pour en savoir plus sur ce trafic complexe à éradiquer, cet édifiant article des Inrockuptibles.

Le rhino du musée de la Chasse et de la nature a quant à lui des cornes dorées. Paris, janvier 2019. (photo © AL)


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s